La résurrection de L'Aiglon

Inspirée par la courte vie et le destin avorté du fils de Napoléon Bonaparte et de Marie-Louise d'Autriche, L'Aiglon fut d'abord une pièce d'Edmond Rostand.

Source

Elle fut jouée pour la première fois en 1900, le rôle principal fut campé par Sarah Bernhardt, considérée comme la première star internationale du théâtre français. En 1936 et 1937, soit près de quatre décennies plus tard, les compositeurs Arthur Honnegger et Jacques Ibert en imaginaient un opéra que l'OSM nous fait redécouvrir.

«L'oeuvre met en lumière la langue française exprimée de manière lyrique. La mondialisation culturelle et l'usage généralisé des sous-titres contribuent au déclin de cette tradition importante, qui comporte des règles précises pour l'intonation et la diction. Si, par exemple, on écoute de vieux enregistrements des années 30, 40, 50 ou même 60, on observe que les chanteurs français obéissent à ces règles. Cette technique était appliquée dans l'opéra, dans l'opéra comique, et aussi chez des chanteurs connus telle Édith Piaf», de justifier Kent Nagano.

«L'Aiglon, de renchérir le maestro, est une oeuvre idéale pour l'OSM et le public montréalais; pour le style français, pour la couleur de l'orchestration française. Nous avons choisi les interprètes pour la qualité de leur langue et leur capacité exceptionnelle à s'inscrire dans cette tradition lyrique.»

Ainsi, la soprano Anne-Catherine Gilet campera le rôle de l'Aiglon ou Duc de Reichstadt, entourée des sopranos Marianne Fiset (Thérèse) et Kimy McLaren (comtesse Camerata), de la mezzo-soprano Julie Boulianne (Fanny Elssler et Marie-Louise), des barytons Marc Barrard (Flambeau), Étienne Dupuis, (Metternich), Philippe Sly (Marmont) et Tyler Duncan (Prokesch), des ténors Pascal Charbonneau (l'attaché militaire), Isaiah Bell (Gentz) et Jean-Michel Richer (Sedlinsky), sans compter le Choeur de l'OSM dirigé par Andrew Megill et Les petits chanteurs du Mont-Royal, sous la direction de Gilbert Patenaude.

Quant à la dimension visuelle de L'Aiglon, elle s'annonce «très abstraite». Décor «sobre et minimaliste», «mise en espace» de Daniel Roussel, «déplacements limités» des chanteurs. Ainsi, la théâtralité de l'opéra devra se déployer «dans l'imagination des spectateurs». Des projections sur un tulle géant, installé derrière l'orchestre, contribueront à stimuler l'imagination de l'auditoire.

Deux compositeurs

Au-delà de la tradition lyrique française, Kent Nagano estime que L'Aiglon est une oeuvre musicalement «assez importante». Notamment parce qu'elle a été écrite par deux compositeurs, pratique plutôt rare.

«On essaie encore de déterminer qui a fait quoi! Eux ne l'ont jamais dit. Si j'arrive moi-même à le déterminer? Non! Et c'est plutôt un compliment, car il s'agit d'une vraie collaboration, d'une oeuvre homogène. Ce qui est d'autant plus fascinant, c'est que les deux étaient plutôt célèbres à leur époque, ils n'avaient pas vraiment besoin de collaborer. C'est le résultat d'une envie et d'une idée communes.

«Les qualités de cette oeuvre sont extrêmement lyriques, l'orientation musicale tient du néo-classicisme. On y observe beaucoup de mouvement et d'accents dictés par les danses à l'époque de Napoléon II; Honneger et Ibert connaissaient la tradition viennoise. Ce qui m'apparaît d'autant plus intéressant, c'est d'évoquer aussi l'esprit culturel parisien de l'entre-deux-guerres. En musique, l'alternative française était alors très forte; les compositeurs, très actifs - Messiaen, Daniel-Lesur, Francis Poulenc, mais aussi Honnegger et Ibert.»

L'Aiglon est certes l'occasion de plonger dans une période de l'histoire française ayant marqué le monde entier, à commencer par l'entière francophonie.

Né à Paris en 1811, fils très attendu et promis à un avenir impérial, l'Aiglon eut une courte existence. Élevé à la Cour de Vienne dès l'âge de 3 ans, il connut de très brefs règnes virtuels. Il fut tour à tour roi de Rome, Napoléon II, prince de Parme et duc de Reichstadt. Il fit renaître l'espoir chez les bonapartistes, mais cet espoir fit place à la déception. Il inspira néanmoins le mythe de l'aiglon, prédateur qui ne put prendre son envol au sortir d'un nid peu propice à l'accomplissement de son destin glorieux.

Phénomène culturel

Jusqu'au milieu du siècle précédent, la période napoléonienne a fasciné la francophonie d'Amérique. Voilà une autre bonne raison de ramener L'Aiglon sur notre continent, croit le sénateur Serge Joyal, à qui l'on doit l'essai Le mythe de Napoléon au Canada français (Del Busso éditeur).

«Sous plusieurs aspects, pose-t-il, Napoléon est lié à l'évolution des Canadien français, à leur vie politique, leur vie culturelle, leur vie familiale. Au XIXe siècle, Napoléon, Joséphine et Marie-Louise étaient les prénoms parmi les plus populaires. Nos hommes politiques citaient souvent Napoléon dans leurs discours, à commencer par Sir Wilfrid Laurier. Il était un modèle d'inspiration.»

Quant à l'Aiglon, surnom attribué par Victor Hugo et devenu plus tard le titre de la pièce d'Edmond Rostand, son mythe a aussi pris une place importante chez nous, mais de manière différente.

«Le fils Napoléon, souligne Serge Joyal, c'est l'antithèse du chef victorieux, l'échec de sa succession. Victime du sort, l'Aiglon fut abandonné par son père à l'âge de 3 ans lorsqu'il fut envoyé en Autriche, puis par sa mère partie vivre dans le duché de Parme. Le plus clair de son existence, il fut retenu par les Autrichiens afin de maintenir la stabilité de l'Europe - en France, plusieurs se demandaient si l'héritier de Napoléon ne reviendrait pas un jour.»

Il n'en fut rien. À l'aube de sa carrière militaire, l'Aiglon fut emporté par la maladie. On comprendra que son mythe relève davantage de la dramaturgie que de l'histoire.

«Chez les Canadiens français, rappelle Serge Joyal, cet engouement pour Napoléon II est devenu un phénomène culturel à partir du moment où Sarah Bernhardt vint jouer L'Aiglon trois fois à Montréal, en 1911. Les troupes de théâtre canadiennes-françaises qui virent le jour à cette époque ont joué L'Aiglon régulièrement. Les acteurs faisaient leurs premières armes dans l'une ou l'autre interprétation de L'Aiglon, que l'on jouait aussi dans les collèges classiques. L'Aiglon fut un phénomène unique, soit le plus important de l'histoire du théâtre québécois jusqu'aux années 50.»

Six décennies plus tard, l'opéra inspiré de cette pièce pourrait éveiller les mémoires enfouies.

_______________________________________________________________________________

L'Aiglon: le fils de Napoléon est présenté par l'OSM sous la direction de Kent Nagano était présenté mardi et sera repris jeudi et samedi, 20h, à la Maison symphonique.



Publicité

Dernières Actualités Divertissement

  • La comédie musicale Hamilton part à la conquête du monde

    Divertissement La Presse
    Déjà joué à Londres depuis fin 2017, et dans d'autres villes américaines, ce spectacle ultra-couru, salué comme la marque d'un renouveau de Broadway, a déjà annoncé une tournée en Australie et espère aller ensuite en Asie à partir de 2021, a indiqué à l'AFP Jeffrey Seller, son producteur. Lire la suite
  • Francos : Angèle et le succès

    Divertissement La Presse
    « Pour moi, devenir chanteuse, c'était hors de question », raconte Angèle. Au troisième étage de la maison du Festival, au coeur de Montréal, l'artiste explique qu'avoir grandi avec un père chanteur (Marka, bien connu en Belgique) lui a donné envie de ne surtout pas marcher dans ses pas. Lire la suite
  • À voir dimanche aux Francos

    Divertissement La Presse
    Salebarbes Première occasion de voir Salebarbes sur scène à Montréal, groupe cinq étoiles qui se consacre à la musique acadienne et cajun. Kevin McIntyre, Jean-François Breau, les frères Éloi et Jonathan Painchaud et George Belliveau ont comme seul objectif de faire danser les gens avec des chansons traditionnelles qu'ils interprètent avec respect, mais aussi, et surtout, avec un entrain contagieux. Lire la suite
  • Maude Veilleux : une sorte de fille spéciale

    Divertissement La Presse
    « Oui, elle était dans son projet de silence, et je n'ai même pas sourcillé, ajoute Jade Bérubé. Ça allait de soi. Tout ce qu'elle fait, ou ce qu'elle est, s'inscrit parfaitement. Elle parvient à faire de sa vie une expérience, sans la performer. Lire la suite
  • Corey Hart-Glass Tiger : la soirée canadienne des années 1980

    Divertissement ICI Radio-Canada
    Ce programme double présenté au Centre Bell n’était rien de moins que l’équivalent pop-rock d’une soirée canadienne des années 1980. Corey Hart, le Montréalais épris d’une Québécoise née à Greenfield Park, dont tous les tubes majeurs proviennent des années 1980, jumelé à un groupe canadien dont le chanteur (Allan Frew) a des racines écossaises. Lire la suite
  • Lady Gaga, la nouvelle Céline ?

    Divertissement La Presse
    « Puisqu'elle a commencé en décembre, une partie du succès est due au fait que c'est nouveau, poursuit-elle. Et, bien sûr, la récente popularité d'A Star Is Born stimule les ventes. » Ce soir-là, la mère de la star pop, Cynthia Germanotta, avec qui elle a créé la fondation Born This Way pour soutenir et émanciper les adolescents, est venue la retrouver sur scène avec plusieurs jeunes qui ont reçu l'aide de leur organisme. Lire la suite
  • Image par défaut

    L’aventure bollywoodienne de Ken Scott

    Divertissement Journal de Montréal
    Ken Scott a déjà vécu une aventure hollywoodienne il y a quelques années en adaptant lui-même pour le marché américain sa comédie à succès Starbuck. Six ans plus tard, le cinéaste québécois change totalement d’univers et signe un nouveau film à forte saveur bollywoodienne : L’extraordinaire voyage du fakir. Lire la suite
  • Image par défaut

    Centre Bell: un jeune premier nommé Corey Hart

    Divertissement Journal de Montréal
    Le passage des années n’a pas effrité le lien entre Corey Hart et son public. Devenu populaire dans les années 1980, le chanteur jouit toujours d’une gloire intacte, tel un jeune premier. C’est ce qu’on a constaté, samedi, dans un Centre Bell en pâmoison, que Corey Hart visitait dans la foulée de son actuelle tournée, «Never Surrender». Lire la suite
  • Image par défaut

    Un parc en l’honneur de Jean-Pierre Ferland

    Divertissement Journal de Montréal
    MONTRÉAL | L'arrondissement du Plateau Mont-Royal a inauguré samedi un parc en hommage à l'œuvre de Jean-Pierre Ferland, un honneur qui a beaucoup touché le célèbre auteur-compositeur-interprète. «Ma famille m'a parlé de ce projet pour la première en juillet dernier, lors du tournage de l'émission Viens faire un tour? avec Michel Barrette. Lire la suite
  • Image par défaut

    Slim, le premier chien de Catherine Proulx-Lemay

    Divertissement Journal de Montréal
    Premier chien à vie pour la comédienne Catherine Proulx-Lemay, Slim est un beau gros berger australien rouge tricolore de presque deux ans. Ce rouquin a une belle personnalité, mais est anxieux de nature. Lire la suite