«Raymond Gravel était un grand humaniste»

Entre octobre 2013 et août 2014, le journaliste Carl Marchand est allé à la rencontre de l’abbé Raymond Gravel. Alors que le regretté homme de foi luttait contre un cancer, il s’est confié, avec le franc-parler qui a fait sa renommée, sur ses croyances spirituelles, ses idéaux politiques et son espoir d’une vie après la mort.

Source

Dans votre livre, la lumière, celle qui illumine la chambre de M. Gravel, celle qui a quitté ses yeux ou encore celle, «blanche et révélatrice», qu’il espérait voir «de l’autre côté» est très présente. Est-ce que rencontrer M. Gravel a amené une certaine lumière dans votre vie à vous?
Carl Marchand: Ça m’a apporté un éclairage différent sur la vie et sur l’importance de respecter ses propres convictions. Parce qu’il avait un désir de vaincre la maladie qui était tellement grand que c’était comme un enseignement. Il disait que la maladie ne doit pas nous empêcher de vivre. Que tant qu’il y a de l’espoir, il faut nous battre.

Vous rappelez que M. Gravel avait aussi un côté showman, dans le sens très positif du terme. Il vous disait souvent qu’une fois le cancer disparu, il vous inviterait à son «party de guérison». Est-ce que c’est un côté de lui qui vous a plu, qui faisait son charisme?
Oui, il avait une grande verve. Il avait un don! Les gens aimaient ça, aller le voir à la messe! Parce que, évidemment, le message qu’il véhiculait en était un d’ouverture, mais aussi parce que c’était un orateur extraordinaire, authentique, qui savait placer le bon mot au bon moment pour faire rire. On n’avait pas l’impression qu’il jouait une game.

Parlant d’authenticité, au fil de vos rencontres, il vous a dit toute la souffrance qu’il vivait, vous parlant de la douleur «qui irradiait» dans son corps, se demandant «Comment ça se fait que j’ai mal?», vous confiant être «tanné». Est-ce que cela vous a étonné de la part d’un prêtre? Parce que la souffrance est parfois une chose glorifiée par la religion…
Et à tort, selon Raymond Gravel. À tort! Comme il le disait, la vie est assez dure de même, on n’a pas besoin de souffrir en plus! Il m’a par exemple parlé de Jean-Paul II, qui se mettait des ceintures de clous, et m’a dit: «Regarde, je n’ai pas besoin de faire ça! Ça n’a pas de bon sens!» M. Gravel, c’était quelqu’un qui disait ce qu’il pensait, qui ne se cachait pas. Mais je dirais que son interprétation de la douleur m’a quand même surpris. Je ne m’attendais pas à ça.

Vous soulignez qu’il disait tout ce qu’il pensait. Dans une de vos rencontres, avant les dernières élections provinciales, il vous a ainsi confié: «Je ne veux pas que les libéraux rentrent. Ça serait un méchant recul. Avec le gros [sic] Barrette en plus.»
Oui! Il détestait la charte des valeurs proposée par le PQ, mais il était prêt à se pincer le nez pour que les libéraux ne soient pas réélus. C’était drôle de voir comment, en termes de religion, c’était un progressiste, mais côté politique, il avait toujours été péquiste et il n’allait pas changer pour ça.

«Souvent, on tient pour acquis que les gens qu’on prend pour modèles possèdent les réponses à toutes nos questions, alors qu’ils ont des incertitudes et des doutes, comme tout le monde.» – Carl Marchand, journaliste à Radio-Canada et auteur de Raymond Gravel – Le dernier combat

Vous rappelez qu’il a été une des rares personnes à rendre visite à Guy Turcotte à l’Institut Pinel et qu’il s’est montré «très clément» à son égard. Vous demandez d’ailleurs: «Qu’a-t-il vu dans les yeux de cet homme qui lui a permis de tout lui pardonner? Y a-t-il vraiment une réponse logique à cette question?» Justement, pour mieux comprendre, avez-vous laissé une certaine logique de côté?
Je pense que ça ne s’explique pas… En tout cas, moi, je n’ai pas nécessairement trouvé de réponse. Dans la vie, les choses ne sont pas toujours logiques, mais… honnêtement, j’ai accepté de ne pas comprendre. De toute façon, les gens qui ont connu M. Gravel savent que c’était une personne qui avait des convictions, mais qui pouvait aussi être opiniâtre. Je savais très bien que, même si je le questionnais là-dessus – et je n’avais pas à le faire non plus –, je n’arriverais pas à modifier ce qu’il pensait.

Une citation de M. Gravel qui ressort de votre livre, c’est: «La religion nous a nui. Elle fige certaines choses qui doivent évoluer. C’est la foi qui est importante. Pas la religion.» Ces mots semblent particulièrement importants en ces temps de violences religieuses extrêmes. Qu’en pensez-vous?
Je pense que, bien sûr, M. Gravel n’a pas vu les épisodes très tristes des derniers mois, les tensions religieuses et interconfessionnelles qui existent actuellement, mais que tout ça l’aurait beaucoup attristé. Parce qu’avant d’être un homme religieux, c’était un humaniste. Qui croyait que, peu importe le dieu qu’on louange, l’important, c’est de vivre ensemble.

Une chose étonne, c’est que M. Gravel disait «ignorer s’il y a une vie après la mort». Seulement espérer. C’est tout.
Oui… Il avait les mêmes doutes qu’un athée. Il disait: «S’il y a quelque chose, tant mieux! S’il n’y a rien, tant pis!» Mais il espérait. Il espérait énormément.

Livre Abbé GravelRaymond Gravel – Le dernier combat
Éditions du CRAM



Publicité

Dernières Actualités Divertissement

  • Image par défaut

    Sans son patron, le Festival des films du monde fait relâche en 2019

    Divertissement Le Devoir
    Il n’y aura pas de Festival des films du Monde (FFM) en 2019?: le président fondateur de l’événement, Serge Losique, a annoncé lundi matin qu’il doit prendre une pause pour des raisons de santé, ce qui entraîne l’annulation du FFM. Et jette un doute sur son avenir possible. Lire la suite
  • Image par défaut

    Les marionnettes envahissent Saguenay

    Divertissement Le Devoir
    La marionnette est un art vieux comme le monde. Et le monde entier est invité à Saguenay cette semaine pour le célébrer sous toutes ses formes. Le Festival international des arts de la marionnette à Saguenay, qui célèbre ses 30 ans cette année, lance sa programmation avec un spectacle qui a été conçu successivement au Mexique, au Mali, en Suisse et au Canada. Lire la suite
  • Image par défaut

    Proposition de loi contre la dépendance aux écrans en Italie

    Divertissement Le Devoir
    La dépendance des jeunes aux écrans et à Internet est au coeur d’une proposition de loi en Italie qui vise à lutter contre l’usage abusif, voire pathologique, des ordinateurs et des téléphones intelligents. Portée par le Mouvement 5 étoiles (M5S, antisystème, au pouvoir) à la chambre des députés, cette proposition de loi a pour but de prévenir et de soigner la mobidépendance, ou « nomophobie » (de l’anglais nomophobia, « no mobile phone phobia »), c’est-à-dire la peur de se trouver sans…
  • Image par défaut

    Marguerite Duras sans les mots

    Divertissement Le Devoir
    Alliant arts visuels et théâtre, l’intrigant projet créé au ZH Festival pourra être découvert dans la salle d’exposition de la Maison de la culture Maisonneuve. La conceptrice et metteuse en scène Léa Pennel y évoque la trame durassienne uniquement par l’image et le son. Lire la suite
  • Image par défaut

    L’ex-président gambien accusé d’avoir fait assassiner un journaliste

    Divertissement Le Devoir
    Banjul — Un militaire gambien, le lieutenant Malick Jatta, a accusé lundi, au cours d’une audition devant la Commission vérité et réconciliation, l’ancien président Yahya Jammeh d’avoir ordonné l’assassinat, il y a 15 ans, de Deyda Hydara, qui était le correspondant de l’AFP, et a reconnu avoir participé à son assassinat. Lire la suite
  • Image par défaut

    Mick Jagger de retour au cinéma à la Mostra

    Divertissement Le Devoir
    Rome — Mick Jagger fera son retour au cinéma à la Mostra de Venise, où il présentera en clôture du festival en septembre The Burnt Orange Heresy, thriller dont l’intrigue se déroule dans le monde de l’art. Signé de l’Italien Giuseppe Capotondi, ce film qui adapte le roman éponyme de l’Américain Charles Willeford, met aussi en scène le Canadien Donald Sutherland, le Danois Claes Bang et l’Australienne Elizabeth Debicki. Lire la suite
  • Image par défaut

    «Autant en emporte le vent» défend son succès inégalé

    Divertissement Le Devoir
    New York — Bien que noyé dans les classements des recettes au box-office — dominé depuis dimanche par Avengers : Endgame et ses 2,790 milliards $US mondialement engrangés —, Autant en emporte le vent reste, selon plusieurs autres paramètres, le film au plus grand succès populaire de l’histoire du cinéma, même si plusieurs historiens le qualifient de révisionniste. Lire la suite
  • Bohemian Rhapsody bat un record de visionnements sur YouTube

    Divertissement ICI Radio-Canada
    Diffusé à l’origine à l’émission télévisée Top of the Pops, le vidéoclip déloge November Rain, du groupe Guns N’ Roses, qui était paru en 1991. La chanson culte du groupe britannique est venue s’ajouter à la centaine de vidéos ayant franchi la barre symbolique du milliard de visionnements. Lire la suite
  • Haïti en folie: Les festivités sont lancées!

    Divertissement Journal de Montréal
    Danse, humour et musique ont été mis à contribution, lundi soir, pour le grand spectacle d’ouverture de la 13e édition du festival Haïti en folie, qui s’est associé à Juste pour rire, le temps d’une soirée. Malgré un net rafraîchissement de la température, une foule imposante s’était tout de même rassemblée sur la place des festivals. Lire la suite
  • Image par défaut

    Un départ canon pour Le roi lion au Québec

    Divertissement Journal de Montréal
    La comédie Menteur garde le rythme aux guichets même si elle vient de tomber deuxième dans le cœur des cinéphiles québécois au profit de la nouvelle version du Roi lion. Le film mettant en vedette Louis-José Houde et Antoine Bertrand a amassé 2,4 millions de dollars après 12 jours à l’affiche, de loin la meilleure performance pour une production québécoise en 2019. Lire la suite