«Raymond Gravel était un grand humaniste»

Entre octobre 2013 et août 2014, le journaliste Carl Marchand est allé à la rencontre de l’abbé Raymond Gravel. Alors que le regretté homme de foi luttait contre un cancer, il s’est confié, avec le franc-parler qui a fait sa renommée, sur ses croyances spirituelles, ses idéaux politiques et son espoir d’une vie après la mort.

Source

Dans votre livre, la lumière, celle qui illumine la chambre de M. Gravel, celle qui a quitté ses yeux ou encore celle, «blanche et révélatrice», qu’il espérait voir «de l’autre côté» est très présente. Est-ce que rencontrer M. Gravel a amené une certaine lumière dans votre vie à vous?
Carl Marchand: Ça m’a apporté un éclairage différent sur la vie et sur l’importance de respecter ses propres convictions. Parce qu’il avait un désir de vaincre la maladie qui était tellement grand que c’était comme un enseignement. Il disait que la maladie ne doit pas nous empêcher de vivre. Que tant qu’il y a de l’espoir, il faut nous battre.

Vous rappelez que M. Gravel avait aussi un côté showman, dans le sens très positif du terme. Il vous disait souvent qu’une fois le cancer disparu, il vous inviterait à son «party de guérison». Est-ce que c’est un côté de lui qui vous a plu, qui faisait son charisme?
Oui, il avait une grande verve. Il avait un don! Les gens aimaient ça, aller le voir à la messe! Parce que, évidemment, le message qu’il véhiculait en était un d’ouverture, mais aussi parce que c’était un orateur extraordinaire, authentique, qui savait placer le bon mot au bon moment pour faire rire. On n’avait pas l’impression qu’il jouait une game.

Parlant d’authenticité, au fil de vos rencontres, il vous a dit toute la souffrance qu’il vivait, vous parlant de la douleur «qui irradiait» dans son corps, se demandant «Comment ça se fait que j’ai mal?», vous confiant être «tanné». Est-ce que cela vous a étonné de la part d’un prêtre? Parce que la souffrance est parfois une chose glorifiée par la religion…
Et à tort, selon Raymond Gravel. À tort! Comme il le disait, la vie est assez dure de même, on n’a pas besoin de souffrir en plus! Il m’a par exemple parlé de Jean-Paul II, qui se mettait des ceintures de clous, et m’a dit: «Regarde, je n’ai pas besoin de faire ça! Ça n’a pas de bon sens!» M. Gravel, c’était quelqu’un qui disait ce qu’il pensait, qui ne se cachait pas. Mais je dirais que son interprétation de la douleur m’a quand même surpris. Je ne m’attendais pas à ça.

Vous soulignez qu’il disait tout ce qu’il pensait. Dans une de vos rencontres, avant les dernières élections provinciales, il vous a ainsi confié: «Je ne veux pas que les libéraux rentrent. Ça serait un méchant recul. Avec le gros [sic] Barrette en plus.»
Oui! Il détestait la charte des valeurs proposée par le PQ, mais il était prêt à se pincer le nez pour que les libéraux ne soient pas réélus. C’était drôle de voir comment, en termes de religion, c’était un progressiste, mais côté politique, il avait toujours été péquiste et il n’allait pas changer pour ça.

«Souvent, on tient pour acquis que les gens qu’on prend pour modèles possèdent les réponses à toutes nos questions, alors qu’ils ont des incertitudes et des doutes, comme tout le monde.» – Carl Marchand, journaliste à Radio-Canada et auteur de Raymond Gravel – Le dernier combat

Vous rappelez qu’il a été une des rares personnes à rendre visite à Guy Turcotte à l’Institut Pinel et qu’il s’est montré «très clément» à son égard. Vous demandez d’ailleurs: «Qu’a-t-il vu dans les yeux de cet homme qui lui a permis de tout lui pardonner? Y a-t-il vraiment une réponse logique à cette question?» Justement, pour mieux comprendre, avez-vous laissé une certaine logique de côté?
Je pense que ça ne s’explique pas… En tout cas, moi, je n’ai pas nécessairement trouvé de réponse. Dans la vie, les choses ne sont pas toujours logiques, mais… honnêtement, j’ai accepté de ne pas comprendre. De toute façon, les gens qui ont connu M. Gravel savent que c’était une personne qui avait des convictions, mais qui pouvait aussi être opiniâtre. Je savais très bien que, même si je le questionnais là-dessus – et je n’avais pas à le faire non plus –, je n’arriverais pas à modifier ce qu’il pensait.

Une citation de M. Gravel qui ressort de votre livre, c’est: «La religion nous a nui. Elle fige certaines choses qui doivent évoluer. C’est la foi qui est importante. Pas la religion.» Ces mots semblent particulièrement importants en ces temps de violences religieuses extrêmes. Qu’en pensez-vous?
Je pense que, bien sûr, M. Gravel n’a pas vu les épisodes très tristes des derniers mois, les tensions religieuses et interconfessionnelles qui existent actuellement, mais que tout ça l’aurait beaucoup attristé. Parce qu’avant d’être un homme religieux, c’était un humaniste. Qui croyait que, peu importe le dieu qu’on louange, l’important, c’est de vivre ensemble.

Une chose étonne, c’est que M. Gravel disait «ignorer s’il y a une vie après la mort». Seulement espérer. C’est tout.
Oui… Il avait les mêmes doutes qu’un athée. Il disait: «S’il y a quelque chose, tant mieux! S’il n’y a rien, tant pis!» Mais il espérait. Il espérait énormément.

Livre Abbé GravelRaymond Gravel – Le dernier combat
Éditions du CRAM



Publicité

Dernières Actualités Divertissement

  • Image par défaut

    MBAM: «C’est un lynchage», dénonce Nathalie Bondil

    Divertissement Le Devoir
    Nathalie Bondil se dit victime d’un « lynchage » de la part d’un conseil d’administration qui aurait « pris le contrôle » du Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM). Au lendemain de son congédiement-surprise, la directrice-générale et conservatrice en chef de l’institution contre-attaque. Selon elle, les raisons données pour justifier son renvoi — un climat de travail « toxique », de même que son « inflexibilité » devant les solutions proposées, voire son « déni » des conclusions d’un rapport…
  • Image par défaut

    Crise au MBAM: Nathalie Bondil conteste les raisons de son renvoi

    Divertissement Journal Métro
    L’ex-directrice générale et conservatrice en chef du Musée des Beaux-Arts de Montréal (MBAM) Nathalie Bondil conteste les raisons de son «brusque renvoi» par le C.A. de l’institution. Au micro de Tout un matin mardi, elle a attribué son congédiement au «processus irrégulier» d’embauche pour le poste de direction de la conservation et non au climat de travail «malsain» du musée dénoncé par certains employés et ex-employés. Lire la suite
  • Guillaume Lemay-Thivierge en deuil de son père

    Divertissement Journal de Montréal
    Guillaume Lemay-Thivierge et son frère Vincent ont dû dire adieu à leur père, il y a quelques jours. En effet, François Thivierge, né en 1947, est décédé lors d’un «départ très doux» le 11 juillet, a annoncé le premier sur son compte Instagram, mardi. Lire la suite
  • Image par défaut

    Inconduite sexuelle: Gabriel D'Almeida Freitas et Brandon St-Jacques Turpin largués par leur agence

    Divertissement Journal de Montréal
    La valse des dénonciations pour inconduite sexuelle touchant le milieu culturel se poursuit. Cette fois-ci, c'est au tour de l'humoriste et comédien Gabriel D'Almeida Freitas (Matthias et Maxime) et du comédien Brandon St-Jacques Turpin (L'Échappée) d'être largués par l'Agence De Launière. Lire la suite
  • Image par défaut

    Alice Morel Michaud: l’attrait de jouer une adolescente déterminée

    Divertissement Journal de Montréal
    Alors qu’Alice Morel Michaud s’affairait à compléter son secondaire et à commencé son apprentissage au cégep, elle a vécu une expérience de tournage «très intense», mais aussi l’une de ses «plus belles»: celle pour l’émission jeunesse «Subito texto». Dix mois par année pendant trois ans, la jeune comédienne a prêté ses traits à Maude Allard, une élève dont on peut apprécier la forte personnalité grâce aux rediffusions à Télé-Québec. Lire la suite
  • Instagram et cie, des tribunaux sans appel

    Divertissement Journal de Montréal
    Les réseaux sociaux sont sans pitié. Pour peu qu’on ait au moins un téléphone cellulaire, on peut venir à bout de n’importe qui d’un seul clic. Nul besoin de plaidoyer. Une simple allégation, une dénonciation, une rumeur et pow ! t’es mort. Lire la suite
  • Image par défaut

    «Star Académie 2021»: début des auditions en septembre

    Divertissement Journal de Montréal
    MONTRÉAL | Star Académie 2021 continue de prendre forme. TVA, Québecor Contenu et Productions Déferlantes annoncent, aujourd’hui, le début des auditions pour septembre et dévoilent la nouvelle identité visuelle de l’émission, qu’on retrouvera à l’antenne l’hiver prochain. L’équipe de production du célèbre concours télévisé prendra prochainement la route et sillonnera plusieurs régions du Québec et du Nouveau-Brunswick à compter de septembre pour dénicher les talents qui rayonneront dans ce…
  • Image par défaut

    Décès de l’actrice Kelly Preston

    Divertissement Le Devoir
    L’actrice Kelly Preston, qui a joué dans des films dramatiques et comiques aux côtés d’acteurs allant de Tom Cruise à Arnold Schwarzenegger, est décédée dimanche, a déclaré son mari John Travolta. Elle avait 57 ans. John Travolta a déclaré dans un message sur Instagram que sa femme, avec qui il a été marié pendant 28 ans, est décédée après une bataille de deux ans contre le cancer du sein. Lire la suite
  • Image par défaut

    D'autres étoiles de la culture pâlissent

    Divertissement Le Devoir
    La déferlante de dénonciations continue de faire des vagues dans le milieu culturel. Après le chanteur Kevin Parent lâché par son agence de spectacles, Alex Nevsky a vu ses liens avec sa maison de disques suspendus indéfiniment lundi. Les comédiens Gabriel D’Almeida Freitas et Brandon St-Jacques Turpin ont quant à eux été largués par leur agence, et Groupe TVA a ouvert une enquête sur des gestes reprochés à Michel Trudel, ancien président des studios MELS. Lire la suite
  • Image par défaut

    D’apérue à «zoombombing»

    Divertissement Le Devoir
    Chaque épidémie, chaque tragédie, chaque crise peut engendrer son vocabulaire propre, voire ses modes de communication. Le Devoir vous propose de réfléchir aux « covidiomes », les mots de l’actuelle pandémie. Aujourd’hui : l’effet numérique. Quand la pandémie de grippe espagnole a frappé il y a cent ans, les autorités médicales ont vite recommandé l’« isolement » à la population. Lire la suite